C’est un rêve : quitter votre emploi pour vivre de votre passion ou réaliser vos rêves.

Dire adieu à son boss, à un travail prenant et stressant, faire ce que l’on aime toute la journée…waouh le pied !

Je remarque qu’il y a de plus en plus de personnes qui osent tout quitter : des années de carrière, la sécurité d’avoir un salaire tous les mois, un titre, des années d’expériences, son confort pour réaliser leurs rêves. Ce n’est pas une décision facile à prendre car cela peut bouleverser beaucoup de choses. Persuadée qu’il n’y a pas d’âge pour changer de vie, je pense néanmoins qu’il est plus facile psychologiquement pour un jeune actif tout juste sorti des études de s’engager dans une nouvelle voie. On dira tout simplement qu’il se « cherche », qu’il ne s’est pas encore trouvé. Mais de la part d’un adulte, c’est mal vu alors il aura plus de réticences à tout changer par peur du regard d’autrui. Et lorsque l’on a passé des années à faire la même chose, à être bien établi, il est plus dur de SE convaincre de changer de vie.

Quitter votre emploi  ? Je l’ai fait donc dans cet article je vous partage ce que j’ai retenu de mon expérience. Attention ! Liste non exhaustive.

1-Mettre des sous de côté

Chez certains, le manque d’argent peut être un sacré coup de boost et accélérer le processus, les pousser à se dépasser, à faire ce qu’il faut. Si c’est votre cas, passer cette étape et prenez le risque. Sinon, il est vraiment important d’avoir des sous de côté. Les avantages ? Ils sont émotionnels et pragmatiques. Sauf si vous avez atteint un stade où vous maitrisez parfaitement vos émotions, la peur du manque peut être un facteur troublant qui peut saboter vos projets. Le stress financier peut vous empêcher de vous focaliser sur vos objectifs. Vous passerez votre énergie à essayer de remplir votre frigo plutôt qu’à travailler sur vos nouveaux projets. Vous vibrerez l’énergie du manque plutôt que celle de l’abondance. La peur plutôt que l’espoir et la foi. Nul besoin de vous dire que ce ne sont pas les bonnes conditions lorsque l’on se lance à l’assaut de ses rêves. Changer de vie demande une certaine énergie et du temps. Si votre frigo est vide et que vous n’avez pas de quoi subvenir à vos besoins vous serez sans doute tenté de passer vos journées à générer des sous d’une quelconque manière que ce soit plutôt que de vous consacrer à vos projets. Lorsque l’on démarre une nouvelle activité il faut parfois un certain temps avant de se verser un salaire.

Si vous résidez en France, il serait parfait d’obtenir une rupture conventionnelle. Vous aurez ainsi les indemnités chômage et vous pourrez avoir une rentrée d’argent tout en vous consacrant entièrement à vos projets (développement, formation, investissement…). L’argent vous sera utile pour l’achat de matériel, des séminaires, des formations et programmes de coaching mais aussi surtout avoir l’esprit libre et focus.

2- Travailler sur votre développement personnel

On pourra vous traiter de « fou », de « rêveur » parce que vous osez croire qu’il est possible de faire ce qu’on aime et être payé pour cela. Nous avons grandi avec l’idée que travailler ne rime pas avec bonheur et passion sauf pour quelques rares chanceux. Votre entourage peut alors vous embourber dans cette croyance et nuire de manière non intentionnelle à votre succès. En effet, habité par la croyance que c’est impossible, vous risquez de ne pas aller au bout de votre décision. De ne pas vous donner à fond. De prendre le minimum de risque calculé lorsqu’il faudra au contraire en prendre. L’un de vos pires saboteurs sera votre manque de foi, de confiance en votre réussite. Bien souvent, ce n’est pas votre entourage qui vous fera flancher mais vous-même. Pour diverses raisons liées au temps, à l’argent, aux obstacles…vous serez peut-être tenté d’abandonner. Considérer que ce n’est pas pour vous, que vous vous êtes trompé.

C’est dans ces moments-là que votre mental sera votre allier. Un allier face à vous-même et face aux autres.

Qui est votre pire ennemi et votre meilleur ami ? c’est vous. On pourra dire, penser, faire ce que l’on veut contre vous. Vous pourrez vivre n’importe quel type de situation…La seule personne capable de tout abandonner ou de choisir de continuer c’est vous…

3- Faire le point

Quitter votre emploi c’est bien si vous en ressentez le besoin, savoir pourquoi vous le faites c’est encore mieux. Parfois nous souhaitons changer une situation en pensant que tout sera différent après coup. Mais si l’on ne sait pas pourquoi on veut changer, on est susceptible de reproduire les mêmes schémas. Pourquoi voulez-vous quitter votre emploi ? Parce qu’être salarié ne vous va pas ? Parce que vous n’êtes plus passionné ? Est-ce à cause de l’ambiance générale ? Ne serait-ce pas votre environnement géographique qui vous déplait ? Ou les valeurs de l’entreprise? Voulez-vous faire la même chose ou faire carrément autre chose ?

On peut penser aussi que c’est une situation qui ne nous convient pas alors que « le problème » vient de nous-même.

On dit souvent en développement personnel qu’il ne faut pas penser à ce que l’on ne veut pas. C’est vrai, il ne faudrait pas en faire une obsession. Il est tout de même très important de faire le point sur ce que vous ne voulez absolument pas revivre. Et pour éviter cela, quel travail devriez-vous faire sur vous-même ?

Se mentir à soi-même est également possible. Plus on se connait plus on est capable de s’en rendre compte et de prendre LA bonne voie. En somme, vous pourrez faire une multitude de plans, ils se passeront rarement (voire jamais…) comme prévu. C’est la vie non ? Prendre un chemin, se réajuster, en prendre un autre, prendre garde au caillou et surmonter la montagne…

Avant de quitter votre emploi, faîtes le point pour que ce soit clair dans votre tête. Tout en partant du principe que l’on ne cesse jamais de clarifier les choses et donc d’emprunter une autre voie.

En somme, faites confiance au processus et au chemin. Laissez-vous guider par vous-même et écoutez-vous malgré ce brouhaha incessant provenant du monde alentour.