Tu es en reconversion professionnelle. Ou bien, tu as envie de quitter ton emploi si ce n’est pas déjà fait. Parce que tu aimerais faire quelque chose de plus passionnant et d’épanouissant. Il y a trois points qui te concernent et qui peuvent saboter ta reconversion professionnelle.

Imagine.

Le jour s’est levé, tu as bien dormi. Tu as hâte de commencer ta journée.

Tu te lèves et tu fais ce qui te plait sans être pressé. C’est toi qui décide de ton planning : à quelle heure tu commences, à quelle heure tu termines. Si tu prends une longue pause déjeuner et que tu termines tard dans la nuit. Ou est-ce que tu t’arrêtes à 14h. Le mieux c’est quand tu ne t’arrêtes jamais parce que tu aimes ce que tu fais. Ta décision n’est pas de faire, de continuer ou pas car cela fait partie de toi. Il n’y a pas cette impression de répondre à une obligation. Tu travailles tout le temps parce que tu n’as justement pas l’impression de travailler; de ce fait, il n’y a pas besoin de coupure entre toi et ton travail…tu comprends ce que je veux dire ? Ton travail c’est le prolongement de toi-même. C’est tellement en toi que tu le fais naturellement sans réfléchir. Sans compter les heures. De toute façon si tu ne fais pas cela que ferais-tu ? Tu l’as compris, c’est en toi.

Là où cela devient un challenge pour certains et un problème pour d’autres c’est quand la peur de manquer d’argent prend le dessus. Car nous vivons dans un système qui fait que sans argent c’est plus difficile.

Tu es bien dans ce que tu fais, oui tu te sens bien et tu aimerais que ça dure des heures ! Toute ta vie jusqu’au moment où tu décideras naturellement de faire autre chose. Mais quand tu regardes ton compte en banque et que tu remarques qu’il est presqu’à zéro, tu paniques.

« Comment vais-je faire pour payer ma dernière facture ?

Je dois bientôt payer mon loyer, comment faire ? Et les courses ? J’aimerais bien m’acheter tout ce que je veux, tout ce dont j’ai besoin et arrêter de compter chaque centimes…J’aimerais voyager, m’offrir ce machin parce que c’est tout simplement ma passion. »

Alors trouves-toi un vrai travail tout simplement. Arrêtes de rêver, arrête de t’amuser et trouves-toi un putain de vrai travail ! C’est ce que dit tout le monde. Et même toi. 

Un vrai travail ça rassure

On peut faire ce que l’on veut dans la vie pourvu qu’on ait les compétences. C’est pas grave si on n’aime pas vraiment ce que l’on fait : l’important c’est que ça rapporte des sous. Savoir que tous les mois on aura un salaire fixe qui nous permettra de payer ce que l’on doit payer. Même si ce salaire est vraiment juste et qu’on est un peu limité. Ce n’est pas grave. Nous n’avons pas envie de nous réveiller chaque matin et nous demander si nous allons pouvoir manger, dormir dans de bonnes conditions…Alors même si on n’aime pas ce que l’on fait, si ça rapporte des sous c’est super.

Même si au bout du compte on aimerait faire autre chose, on aimerait faire ce que l’on aime, comme ça ne rapporte pas de sous, c’est mieux de laisser tomber.

Nombreux te diront de trouver un vrai travail parce que sinon tu risques d’être en galère. Te lever tous les matins sans avoir une visibilité sur ton avenir financier c’est la panique. Alors si tu veux vraiment vivre de ta passion ou être plus libre ou tout simplement décider de ce que tu as envie de faire c’est une donnée à prendre en compte. Ce ne sera pas du tout rassurant. Ce sera à toi chaque jour de faire ce qu’il faut pour. Te détacher de la peur de la pauvreté pour continuer quoi qu’il arrive et te surpasser. La question est : faire ce que tu aimes chaque jour ou te lever chaque jour en pensant que tu manques de rien tout en détestant ce que tu fais ? Le monde en a fait un dilemme. À toi de réunir les deux options pour n’en faire qu’une. Ne pas laisser la peur guider ta vie et saboter tes envies…Ne pas laisser la peur des autres te faire abandonner. Et surtout te convaincre toi qu’il est possible de faire ce que tu aimes ET de gagner de l’argent. N’écoutes pas les gens qui te diront de te trouver un vrai travail.  Car c’est toi qui le crées.

Un vrai travail c’est sérieux

J’ai personnellement encore du mal à m’asseoir sur mon canapé, à travailler et à me dire que je suis en train de….travailler. C’est tellement ancré en moi, en nous (la majorité) que travailler c’est être assis derrière un bureau, travailler dur, s’habiller de telle manière, s’ennuyer. Alors oui, il est important de se créer un cadre professionnel même à la maison. Mais l’on peut aussi travailler de différente manière : près d’une piscine, sur la terrasse d’un café, quand on fait ses courses, pendant une randonnée en notant des idées sur son carnet…

C’est une donnée à prendre en compte si tu es en reconversion professionnelle. Surtout si tu passes d’un métier de cadre, un poste administratif, une fonction intellectuelle à quelque chose de plus créatif, artistique…Et même si tu démarres une activité quelle qu’elle soit, travailler n’est pas forcément « sérieux ». Pourvu que c’est fait sérieusement… On peut trouver des idées dans de multiples occasions. Parfois, lorsque je me dis que je vais « travailler », je me mets tout de suite derrière mon bureau, un cahier ou un ordinateur face à moi. Je me dis de plus en plus qu’il est possible de travailler pendant que je promène mon enfant dans le parc par exemple. C’est ainsi que je trouverai des idées innovantes. Lorsque j’aurai besoin de rédiger, là par contre je vais m’installer. De même, nous ne sommes pas obligés de rester assis. Nous pouvons travailler debout…Bref, tu l’auras compris. Travailler peut prendre de multiples formes. Travailler c’est aussi rigoler, discuter, échanger avec un sourire, être épanoui.

Alors si l’on te dit de te trouver un vrai travail parce que ce que tu fais ou comptes faire est trop amusant, ne te laisse pas saboter. Le sabotage de vos affaires vient des autres et aussi de toi. Un vrai travail peut aussi être une passion.

Un vrai travail a des horaires précises

Un autre point bloquant : les horaires

Si tu étais salarié et que tu souhaites créer tes activités. Si tu es en reconversion professionnelle et que tu réfléchis à ce que tu veux faire, la question des horaires peut te limiter. Il se pourrait que tu sois habitué à commencer ta journée de travail le matin et à la terminer dans l’après-midi. Tous les jours sauf le week-end. Lorsque l’on quitte son travail pour se mettre à son compte, on est tenté de reproduire la même chose. Et s’il se passe un jour durant lequel nous n’avons pas obéi à cette règle horaire, on peut avoir cette impression de n’avoir pas travaillé. On se sent minable parce que la journée n’a pas commencé comme prévu. Au final, on peut se retrouver à ne rien faire.

Il est tout à fait possible de commencer sa journée de travail à midi. De travailler « que » 3h aujourd’hui et 10h le lendemain. De même qu’il est possible de se consacrer à une activité personnelle toute la journée et une autre professionnelle en soirée ou toute la nuit. Es-tu plutôt du matin, de l’après-midi, du soir ou de la nuit ? C’est toi qui décides. Travailles selon ton rythme. Ne pas commencer ta journée à 8h ne fait pas de toi une personne paresseuse. Nous avons tendance à confondre efficacité, productivité et …présence. Ce n’est pas parce que tu es présent à un poste de 8h à 16h que tu es  forcément productif. Certaines choses peuvent être réglées en 30 mn. D’autres prendront plus de temps, 8h par exemple mais sur plusieurs semaines. C’est à toi de trouver dans quelles conditions tu es plus efficace.

La notion de travail et de vrai travail tend à évoluer. Le travail tel qu’on le concevait auparavant s’efface pour arriver à une organisation plus libre et passionnante. Basée sur l’épanouissement individuel au service de la performance. Il est normal de vouloir trouver un travail plus épanouissant si on ne se sent pas bien où l’on est. Et ce, même si ce qui nous fait fantasmer ne correspond pas aux codes communément admis.  Le plus important est de créer ta propre définition du vrai travail et non plus de laisser les autres te l’imposer. 

Laquelle de ces idées ancrées sabotent ta reconversion professionnelle ou ta création d’activités ?