Les « échecs » font partie de la vie et il y en a pour tous les goûts, dans tous les domaines de la vie. Une rupture amoureuse, un projet qui n’a pas été porteur…

Par exemple, vous vous êtes donné à fond dans une relation amoureuse qui n’a pas marché et vous faites face actuellement à une rupture qui vous rend amer.

Ou bien, vous avez lancé une entreprise et vous avez fait faillite faute de clients ou tout autre raison…

Vous avez souhaité obtenir quelque chose ( une augmentation, une réponse positive, un prêt etc.) mais cela ne s’est pas passé comme prévu.

Vous avez consacré des mois, des années à une formation, la préparation d’un concours, un examen et rien…

Quelque chose qui vous tient à coeur ne s’est pas concrétisé.

Au cours de notre vie nous faisons face à plusieurs « échecs ». Je mets échec entre guillemets car  personnellement, je n’aime pas l’employer pour une raison.

Vous voyez un bateau qui a échoué ? L’épave d’un bateau git là sur les rives et ne peut plus naviguer. Il est souvent en piteux état. Voyez-vous, lorsque l’on parle d’échec pour l’homme, ça me fait penser à ça. Hors, nous sommes encore en vie, nous avons encore la possibilité de faire mieux. Donc nous ne devons pas parler d’échec. Nous allons échouer lorsqu’il n’y aura plus la possibilité de faire mieux, plus la possibilité de se mettre en mouvement, lorsque comme le bateau nous serons bon pour la casse ! Voilà pourquoi je n’emploie pas ce mot.

bateau-d-39-occasion-hdr_2853253

Lorsque l’on doit surmonter un échec, c’est semblable à du dégoût, à de l’aversion. Lorsqu’on y pense, juste l’idée de s’y remettre nous fait fuir. On a plutôt tendance à vouloir éviter de recommencer. On n’est pas très fière de soi.

J’ai connu ça, des projets dans n’importe quel domaine qui n’ont pas abouti. Et je sais que vous aussi. Après tout c’est humain non ?

Alors dans cet article, je vous livre les outils au niveau psychologique pour surmonter un échec et les erreurs à éviter si vous voulez vous en remettre. Comment avoir un esprit de croissance qui nous permettra d’aller de l’avant ?

1.Être stratégique dans ses pensées

Lorsqu’un projet n’a pas marché, peu importe le domaine, on ressasse tout dans notre tête. On pense à tout ce qu’on a fait pour lui et elle, à tout ce qu’on a enduré par amour. On repense à tous les soirs où on a travaillé tard pour préparer un examen. À toutes les démarches effectuées pour concrétiser un projet, à tous les efforts fournis …bref, on s’apitoie sur son sort.

Bien souvent nous n’en avons pas conscience. Aussi, je vous suggère d’être conscient de vos pensées et de tous vos ressentis. De manière générale, nous avons tendance à rester dans le négatif, nous alimentons ce qui nous a fait du mal. Pour ne pas oublier et donc ne plus recommencer, pour se mémoriser la leçon, pour nourrir la rancoeur …

Pire encore, c’est lorsque nous en parlons autour de nous. « Tu sais ce qui m’est arrivé ? J’ai …»

En le répétant à tout le monde, cela amplifie notre douleur et alimente le mal. En parler peut être bénéfique mais à trop en parler cela fait l’effet contraire.

A trop y penser ou en parler, on développe un sentiment d’amertume, on nourrit des émotions négatives qui vont influencer nos expériences futures. On renforce ce qui nous fait déjà mal et les émotions qui y sont liées prennent de l’ampleur. Se focaliser sur le négatif vous met dans un état de pauvreté, d’inaction, d’abandon. Se focaliser sur les solutions, les leçons vous porte malgré la souffrance. Il ne s’agit pas de se boucher les yeux et de se dire que tout va bien alors que non, il s’agit de choisir l’état d’esprit qui va nous aider plutôt que nous détruire.

Il sera plus salutaire dans ce cas-là de se concentrer sur les solutions (c’est-à-dire l’instant présent) plutôt que sur les regrets (le passé), se focaliser sur ce que cela vous a apporté de bien plutôt que d’avoir des regrets. A chaque fois que vous êtes pris par l’envie de ressasser le mal que cela vous a fait, respirer et ramener votre esprit dans le présent.

2. Prendre ses responsabilités

Accuser les autres est ce que nous pouvons faire au premier abord. C’est à cause de l’organisation, de mes parents, de lui, d’elle, des transports, c’est parce que je suis Noir, je suis Blanc, Chinois, à causes de mon niveau d’études etc. Bref, nous cherchons toute sorte d’excuses extérieures à nous. Nous ne voulons surtout pas nous remettre en question. C’est juste une stratégie de l’égo pour vous protéger, c’est pour ça qu’il existe. Avoir un esprit de croissance c’est justement oser se remettre en question et prendre l’entière responsabilité de ses actes. Dès lors que l’on se considère comme responsable, on peut commencer à mettre en oeuvre toutes les actions nécessaires pour améliorer les choses. Si l’on considère qu’on a rien à se reprocher et que c’est de la faute des autres, on restera là et on refera les mêmes erreurs puisque l’on considère que ce sont les autres qui sont en tort. De plus, en rejetant la faute sur les autres, sur une situation, on part du principe que ça ne peut pas changer, que c’est une fatalité.

Avoir un esprit de croissance, c’est assumer la responsabilité de ce qui nous arrive afin de prendre les mesures nécessaires pour évoluer.

3. Ne pas le considérer comme un échec

Comme je vous l’ai dit plus haut, échouer c’est quand on est mort et qu’on ne peut plus bouger tel le bateau sur les rives. C’est l’image que j’utilise pour me remettre d’aplomb et avoir un mental de championne. Rien est encore perdu.

Plutôt que d’avoir des regrets, je vous propose de faire le point. Analyser vos manques, vos faiblesses, pourquoi cela n’a pas fonctionné ? Qu’est-ce que vous n’avez pas fait ? trop fait ? Qu’est-ce qui peut-être amélioré ? Avez-vous besoin d’une aide extérieure pour devenir plus fort ? (Un spécialiste, un tuteur, un coach, un ami qui s’y connaît, un partenaire plus expérimenté…)

Votre égo peut éventuellement vous pousser à refuser de l’aide et à vouloir vous débrouiller seul. Vous n’avez pas envie d’admettre ce qui pour vous est une « faiblesse », vous n’avez pas envie de vous rabaisser. Pourtant, si vous souhaitez évoluer, il va falloir forcément se remettre en question, combler ses « failles » pour faire mieux la prochaine fois. Et c’est là que l’on se rend compte que ce qu’on prenait pour un échec est tout simplement un excellent moyen de grandir.

Vous n’échouez pas, vous apprenez, c’est une leçon. C’est l’occasion d’en savoir un peu plus sur vous mêmes ( vos qualités, vos limites, ce qui vous fait peur, les éléments à travailler). Est-ce vraiment fait pour vous ? Peut-Être que vous n’étiez pas aligné avec qui vous êtes, que vous n’avez pas agit en étant fidèle à vous-même ?

Est-ce l’occasion d’avoir une  meilleure opportunité ? d’avoir de meilleurs résultats ? Est-il possible de monétiser cette expérience, ce savoir afin d’éviter que les autres fassent les mêmes erreurs? Et alors vous contribuez au monde et vous transformez quelque chose de négatif en positif.

4. Pardonnez-vous

Alors que certains préfèrent accuser les autres et  trouvent une excuse extérieure à eux-mêmes, d’autres passent leur temps à s’en vouloir. C’est même souvent le raisonnement suivant ou précédent le blâme des autres. Après avoir accusé les autres, on s’accuse soi-même.

Ne vous jugez pas, ne soyez pas dur avec vous-même en vous répétant la phrase qui commence par : « j’aurais dû… » ou « je n’aurai pas dû. »… Éliminez ceci de votre vocabulaire. Nous sommes d’accord que différentes phases sont nécessaires après un échec. À vous de décider si vous en faites un lieu de résidence pour quelques jours ou pire, pour des mois et des années.

Ne vous en voulez pas d’avoir agi d’une certaine façon. Vous aviez agi parce que c’était la meilleure solution à ce moment-là.

Vous avez sans doute été trop généreux, trop bête, pas assez réactif, trop amoureux…? C’est ce que vous pensez ? Sachez que vous avez été comme vous deviez être et que vous avez tout simplement suivi votre coeur dans l’instant, que vous avez fait de votre mieux à ce moment là. Vous ne pouvez pas changer le passé et il est hors de question de changer pour les autres. Restez vous-même, avec vos qualités, vos petites faiblesses que vous allez améliorer.

Souvenez-vous que nous avons plus de regrets pour les choses que nous n’avons pas faites que pour celles que nous avons faites.

Souriez, c’est la vie. Bientôt ce ne sera plus qu’un lointain souvenir qui prendra la forme d’un sourire lorsque âgé, vous regarderez en arrière.

Crédit Photo : <a href= »http://www.freepik.com/free-photos-vectors/bois »>Bois image created by Jcomp – Freepik.com</a>

Licence de contenu FreeImages.com