Oscar Wilde a dit « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris ». Mais avons-nous d’autres choix que d’être soi-même ? Est-il possible de ne pas être soi-même ? A quel moment ne sommes-nous pas nous-même ?

Avant d’emprunter le chemin de la croissance personnelle, lorsque j’entendais quelqu’un dire « il n’est pas lui-même ou sois toi-même », je ne comprenais pas vraiment. Car pour moi, il était difficile de ne pas être soi-même. Je veux dire, c’est moi qui lis, qui écris, qui écoute, qui agis, qui vis etc. Ou alors, y aurait-il un dédoublement de personnalité chez certains ?

Au fil du temps j’ai compris que être soi-même était beaucoup plus profond que cela. La croissance personnelle passe forcément par la découverte de soi, l’affirmation de soi et la compréhension de ses choix, de son attitude…

D’abord, je vais vous expliquer en quoi vous n’êtes peut-être pas vous-même. Puis, je vous donnerai quelques actions à mettre en place dès maintenant pour être davantage vous-même. Ce sont des actions simples ancrées dans le quotidien.

Être soi-même : pourquoi nous ne le sommes pas ?

Nous ne sommes pas nous-mêmes parce que nos choix sont le résultat de ce que notre société nous a inculqué. Par société, j’entends notre famille, notre expérience de vie, notre culture liée à l’endroit où l’on vit, la mémoire collective, les us et coutumes, notre éducation religieuse…

Tout ceci influence :

le choix d’une profession plutôt qu’une autre, le choix d’y rester ou non, la situation maritale, notre rapport aux hommes et aux femmes, les opinions sur le rôle de la femme et de l’homme, notre rapport à l’argent, la place de la famille et de l’amitié dans notre vie etc.

Tout ce qui suit maintenant est indiqué à titre d’exemple. Je n’en fais pas une généralité mais une possibilité, un déjà-vu. Vous n’ êtes pas vous-même car vous avez adopté un style de vie :

Issu d’une pratique, d’une règle instaurée, d’une projection

À titre d’exemple donc, si les membres de votre famille sont entrepreneurs, artisans ou de profession libérale il peut être difficile pour certains d’entamer une carrière artistique. Celle-ci sera mal vue, ce choix incompris. Car dès le départ, vos parents vous influencent (inconsciemment) concernant vos choix professionnels.

Une petite anecdote : je discutais avec un professionnel de la santé. Il était fier de me parler de ses enfants qui étaient médecin généraliste et infirmier. Le benjamin de la famille que je connais avait suivi des études afin d’accompagner les personnes à mobilité réduite dans une activité sportive. Il était surtout passionné de sport et menait de nombreuses activités dans ce cadre. Pourtant son père le présentait uniquement comme un kinésithérapeute. Il était vraiment fier de présenter ses enfants comme des professionnels de la santé. il était presque dans un déni total de la passion de son fils qui sans doute subissait une certaine pression.

Si vous cherchez à être vous-même, je vous invite à porter une réflexion sur vos choix.

Faîtes-vous ce que vous faites pour faire plaisir à vos parents ? Parce qu’ils vous ont explicitement fait comprendre qu’il fallait suivre le même chemin ? Ou est-ce implicite ou issu d’un choix personnel de faire ce qui les rendrait fiers ? Vous êtes issu d’une famille modeste et c’est une fierté pour eux de dire que vous êtes cadre, responsable, dirigeant…C’est une forme de projection : ils veulent que vous viviez la vie qu’ils auraient aimé vivre.

Issus d’une croyance

Vos choix sont issus d’une croyance qui se transmettent de génération en génération. Une croyance crée par une expérience de vie dont la « leçon » a été répété aux descendants. C’est votre héritage qui peut affecter tous les domaines.

Votre grand-mère a connu de nombreux échecs amoureux. Elle l’a répété à sa fille qui vous a répété que les hommes sont des salauds, qu’il ne faut pas leur faire confiance. Et à votre tour, vous ne rencontrez que des personnes qui vous font souffrir.

Ou bien, pour diverses raisons inconnues, l’argent est sans doute mal vu dans votre famille. Il vous est possible d’accéder à un poste bien payé ou de propulser vos affaires à un autre niveau mais attention vos croyances par rapport à l’argent risque de vous saboter. Si vous pensez que les gens qui réussissent sont des personnes malhonnêtes et que l’argent change les gens, vous ferez tout pour ne pas réussir ou vous enrichir.

Il y a également la croyance concernant les rêves. Ne dit-on pas souvent qu’il est impossible de vivre la vie de ses rêves, difficile de vivre de ses passions, que la vie est difficile, qu’il faut se trouver un travail et c’est tout ?

Je ne développerai pas davantage mais je pense que vous voyez à peu près où je veux en venir. Vous n’ êtes pas vous-même à partir du moment où vous vivez selon les valeurs, les croyances, la philosophie des autres. Vivre sa vie selon ses propres termes c’est donc se connaître assez pour faire des choix authentiques.

Voyons voir maintenant comment vous pouvez être (davantage) vous-même. Bien sûr, un article est trop court pour trop en dire mais ce sera un bon début.

Méditer et trouver votre Soi Supérieur.

Méditation Higher Self

 

 

Une bonne pratique pour explorer son vrai soi est la méditation. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai commencé à me découvrir. J’ai cherché « Higher self » ou « moi-supérieur » sur mon ami Google. J’y ai trouvé une flopée de vidéos de méditation pour accéder à son soi supérieur. L’idée qui sous-tend la méditation est d’être de plus en plus présent. C’est cette présence qui nous amène à être soi et à calmer des craintes génératrices de blocages. Peur de décevoir, d’être rejeté en ne faisant pas comme les autres, d’être ridicule etc.

Se déconnecter

Nous vivons dans un monde connecté. Nous sommes sollicités à longueur de journée et il est extrêmement courageux de rester focalisé sur l’essentiel. Laborieux de s’écouter dans un monde où nos sens sont tiraillés de toute part. Après et pendant une journée d’activité, on a tendance à se réfugier dans les réseaux sociaux, les actualités, la télévision. On suit ce qui se passe chez les autres mais pas chez soi. Notre attention est portée sur quelque chose d’extérieur à soi. Prévoyez un seul et court moment dans la journée pour vous connecter à Internet et privilégier les moments avec vous-même.

Être à l’écoute de ses goûts, ses passions

Vos passions sont l’expression de votre être. Si quelque chose vous anime c’est parce que l’être spirituel que vous êtes rentre en résonance avec celui-ci. Parce que nous ne prenons pas le temps de faire ce qui nous plait, parce que nous pensons qu’il est trop enfantin de croire qu’on pourra en vivre nous n’écoutons pas cette part de nous-même. Personnellement, je pense que nos passions sont là pour nous permettre de développer des compétences afin de réaliser notre mission de vie.

 

Être à l’écoute de ce qui vous touche

écouter son coeur

Certains évènements, certaines situations vous touchent. Cela peut être la défense de la cause animale, des enfants, l’injustice, la nutrition, l’accès aux soins, la beauté, la réussite etc. Des choses qui vous mettent en colère, vous rendent tristes, vous animent… Vous ne passez pas forcément à l’action. Hors si une chose vous touche plus qu’une autre c’est parce que quelque part, vous avez une part à jouer dans ce domaine. C’est une indication vers votre mission de vie. Cela résonne avec votre être. Plutôt que de faire taire cette voix qui vous appelle, il faudrait voir comment y contribuer à votre manière.

Se libérer du regard des autres

Le regard des autres nous empêche d’ être nous-même lorsque nous faisons des choix et agissons en fonction de ce que les autres vont penser. Par peur de décevoir nos parents, nos amis nous nous interdisons de passer à l’action. Par peur d’ être rejeté, nous faisons comme tout le monde. Nous n’osons pas être différent des autres. Nous avons peur que les autres ne soient pas d’accord avec nos choix. La peur du ridicule empêche également d’ être soi-même. Se libérer du regard des autres permet de suivre notre voie/voix.

Faire un nettoyage émotionnel

Les émotions toxiques nous pourrissent et nous empêchent de rayonner. Nous nous réfugions dans la peur de soi et des autres. Une mauvaise estime de soi, de la rancoeur vis-à-vis d’autrui, la colère etc. Ce sont autant d’éléments qui nous brisent et nous amènent à rester cloîtrer dans des situations où la peur est reine. Par mécanisme de défense, nous créons un mur. Nous n’osons pas nous ouvrir aux autres de peur de revivre une expérience qui nous a blessé. Alors on se barricade.