Lorsque j’ai mis fin à mon CDI pour me lancer à l’assaut de la vie de mes rêves et donner vie à mes idées d’entreprise, j’avais arrêté le sport depuis au moins un an. Compte tenu des objectifs que je voulais atteindre et du challenge que ma nouvelle vie me demanderait, un ami expert en arts martiaux et diplômé d’État m’a alors fortement conseillée de pratiquer une activité sportive.

Malgré la tonne d’arguments qu’il m’a partagée ce jour-là, je n’étais pas vraiment convaincue du lien entre le sport et l’entrepreneuriat, le sport et la réussite de nos projets (tout domaine confondu). Jusque là je faisais du sport parce que l’on disait que c’était bien pour la santé mais concrètement je n’avais jamais autant ressenti les bénéfices avant d’avoir fait appel à un coach. Normal, ma pratique sportive n’était pas régulière et surtout, je faisais toujours ce qui était facile pour moi.

Comme j’avais un peu de ventre à perdre et qu’à l’époque j ‘étais fan de chocolat et de pâte à tartiner, (je le suis toujours mais je contrôle ma consommation désormais) je me suis convaincue de me lancer. En même temps, ça ne pouvait que me faire du bien.

L’année d’avant j’avais investi plus de 400€ dans une salle de sport (musculation et fitness à 40€ par mois environ) et un an après je n’avais pas vraiment vu de différence. Alors sous les conseils de mon ami professionnel j’ai décidé de prendre un coach. Et je ne regrette pas mon choix. Bien sûr que c’est un budget mais ce n’est pas comparable à une salle de gym où je n’étais pas encadrée. C’est selon moi beaucoup plus efficace. J’ai eu plus de résultats en trois mois avec ma coach que en un an dans la salle de gym sans encadrement. De plus,  je ne suis pas obligée de continuer avec elle car le but du coach est de me rendre autonome. Elle m’a donc appris quelques exercices poids de corps que j’applique à la maison. Au final, financièrement, cela revient au même car j’ai travaillé avec elle pendant trois mois de manière intensive, je décide de la voir une fois par mois ou pas. Psychologiquement et physiquement c’est carrément un autre monde : rien à voir avec ce que je pratiquais jusque là. Les objectifs sont clairs et précis, les exercices sont adaptés et ma coach m’a poussée à aller plus loin.

Je fais le bilan et je vous livre ce que concrètement le sport m’a apportée. C’est du vécu, du vrai ! Alors voici les quatre bonnes raisons pour lesquelles le sport est primordiale et en quoi les scénaristes que vous êtes, devraient s’y mettre ou s’y remettre. Bien entendu, les effets seront moindres si la pratique sportive n’est pas couplée à une alimentation saine et si elle n’est pas régulière.

 

sport

 

1. En bonne santé !

Je me rends compte que j’ai développé une meilleure résistance à la maladie et au stress. Il m’est arrivée d’avoir un début de rhume, avec la gorge qui pique et à la fin de la journée ou juste après une séance de sport, me sentir super en forme, parfaitement neuve comme si rien ne s’était passée. Je me souviens même avoir eu des nausées suite à un repas qui m’avait dérangée et ressortir comme un sou neuf après ma séance de sport. Avant d’avoir une activité sportive régulière, je tombais malade plus facilement et cela durait plus longtemps. Le sport a donc participé à renforcer mon système immunitaire. Et là, on sort du cercle vicieux : boulot-stress-mauvaise alimentation-maladie-médicaments en traitant le « problème » à la source. Les médicaments guérissent (ou cachent?) les symptômes, la manifestation de ce que nous dit notre corps mais les véritables « problèmes » demeurent si on continue à avoir la même hygiène de vie.

En tant que scénaristes de nos vies, nous voulons bien entendu réussir. Mais la réussite sans la santé, ne sert à rien n’est-ce pas ? A quoi cela sert de tout avoir si nous ne pouvons pas en profiter?

2. Plus d’énergie !

Lorsque l’on n’a pas d’activités physiques et que le corps a l’habitude de rester devant la télévision, surfer sur le net…ce même corps hésite face à tout effort. On a du mal à se relever une fois assis, on se trouve tout plein d’excuses pour ne pas être en mouvement, on se sent confortable à ne rien faire, on a la flemme pour la moindre petite chose. Alors quand vient le moment de se relever après une petite pause pour faire des choses tout à fait banales comme cuisiner, partir faire les courses, aller récupérer le portable qui est de l’autre côté de la pièce…on hésite carrément ! C’était mon cas avant, j’avais tout simplement la flemme de me relever. Je vois maintenant la différence. On peut tout à fait transposer cela à ses objectifs de vie. Si nous sommes incapables de maintenir un certain niveau d’énergie pour réaliser les tâches du quotidien, il en sera de même pour des objectifs plus grands et plus importants. Lorsque l’on décide d’entreprendre (ouvrir sa boîte ou tout simplement créer la vie que l’on veut), si on n’a pas habitué son corps à bouger, il ne suivra pas. Avant même d’avoir commencé, on se cachera sous un flot d’excuses pour ne pas foncer. Au moindre effort, on abandonnera ou sinon on donnera moins que ce qu’on peut donner. Je veux réaliser mes objectifs et concrétiser mes projets. Plus que la force mentale il me faut une force physique qui va me permettre de garder un certain rythme et avoir l’énergie nécessaire pour avancer, persévérer. En ce sens, le sport m’a beaucoup aidée. Je suis moins fatiguée et je trouve la motivation pour avancer. Et puis nous en avons besoin  pour profiter des gens que nous aimons et donner le meilleur de nous-mêmes.

3. Plus de bonheur !

Quel super anti-stress…On a beau cultivé des émotions positives, transpirer un bon coup et faire des efforts permettent d’évacuer tout ce que le corps a absorbé. Stress, frustration, colère, tout s’en va. Si vous portez un projet et que vous êtes stressé par une date butoir ou que vous avez tout simplement une pression qui pèse sur vos épaules, dépensez-vous. Parfait également pour la gestion des émotions.

Pour augmenter notre niveau d’énergie, notre physiologie est également importante. Et la physiologie c’est le corps. Cela ne se passe pas uniquement au niveau des émotions et des pensées. Faites le test : courbez vos épaules, l’air abattu, tête baissée, le dos vouté : que ressentez-vous ? Maintenant, tenez-vous droit, la tête haute, le dos droit. Voyez-vous la différence ? Vous aurez beau avoir tout le bonheur du monde dans votre coeur, si votre corps ne suit pas, il y a une rupture.

Le sport participe donc à mon niveau de bien-être général, c’est une synergie entre le corps et l’esprit. Ce sont des alliés qui marchent ensemble.

4. Un dépassement de soi !

 

 

Par  transposition, cela nous amène à sortir de notre zone de confort et à persévérer autant que l’on persévère lors d’une séance de sport. D’ailleurs, rien que le fait de se lever pour se dépenser est un dépassement de soi. Dans une société où l’on a tout ce dont on a besoin en abondance et à portée de main (services, eau, nourriture, éducation…) il est facile de se laisser tenter à ne rien faire. Faire du sport nous amène à repousser nos limites, à réaliser ce que l’on croyait impossible, à oser.

Je dois encore apprendre à sortir davantage de ma zone de confort, à donner plus même quand je sens que je ne peux plus. Ce n’est pas évident et même là, je demeurai toujours une éternelle étudiante. Non, ce n’est pas facile mais ça fait du bien. Et on est fier de soi quand c’est fini, on augmente notre niveau de confiance en soi.

Vous l’aurez compris. Les bénéfices du sport sont psychologiques, émotionnels et physiques.

Alors pour les créateurs que vous êtes, les designers de vos vies, bougez !

Dans un prochain article, je vous raconterai comment j’ai fait pour intégrer le sport dans ma vie. En attendant, partagez avec la communauté votre rapport avec le sport.

Au plaisir de vous lire!