Sortir du rêve éveillé

On dit souvent que vivre ses rêves, ça paie pas les factures…Je vais vous raconter mon histoire. 

Il fallait agir. Vite

Ma femme était enceinte de 5 mois, ses indemnités Pôle Emploi se terminaient bientôt et les missions que je tenais grâce à ma boîte d’intérim suffisaient à peine à payer le loyer, les factures et bientôt les affaires du bébé.

Oui, je voulais réaliser mes rêves. Oui je voulais vivre de ce qui me plait, faire ce que j’aime chaque jour. Mais là fallait des sous. Là tout de suite. Que faire ? Vivre ses rêves, ça paie pas les factures.

Tout ce dont j’avais envie pourtant c’était me réveiller chaque matin, la joie au coeur, prendre mon petit déjeuner tranquillement puis faire de la photo. Me réveiller chaque putain de jour puis faire ce que j’aime. J’avais encore beaucoup de choses à apprendre. J’aurai aimé avoir le temps de faire des recherches, me documenter, faire des essais. Me promener, vagabonder à la recherche du paysage, du personnage, de la pièce à photographier. Lorsque je me consacre à la photographie, je ne vois pas le temps passer. Je me sens vivant et aligné. Comme si mon âme trop souvent endormie se réveillait tout à coup. Jusqu’à ce que la réalité me rattrape. Car ça ne paie pas les factures…Cette réalité, nous sommes nombreux à la connaître : il faut de l’argent.

Tu sais de quoi je parle hein ! Toi aussi tu as des rêves non? Toi aussi tu as une passion. Tu es bien tranquille, tu fais ce que tu aimes, tu es bien dans ta tête et puis…soudain tu penses à ce que tu dois payer. Et tu penses à ce qui arrivera si tu ne paies pas. Plus de blague, plus de rêve. Concrètement, il faut des sous, du baba, du flouz, du money quoi ! C’est beau de faire des photos, mais ça paie pas le loyer et la bouffe. C’est beau tous ces messages sur Internet, toutes ces citations, tous ces coach qui vous parlent de bonheur et de l’importance de l’authenticité, l’importance d’être aligné et bla bla bla. Mais quand vient le moment où le frigo est vide autant que le compte en banque, il est temps d’atterrir. Faut se réveiller. Si je tombe seul ce n’est pas grave mais je ne peux pas faire tomber ceux que j’aime avec moi.

Suite à cette émotion prenante, je commençai à dresser une liste de toutes les sources financières possibles et imaginables. J’avais 3 mois devant moi. Sans la grossesse, je comptais continuer les missions d’intérim tout en me consacrant à la photo. Mais je ne peux pas mettre ma famille en danger. Alors revenons-en à cette liste.

Gagner au loto. Non, trop aléatoire. Et puis je ne jouais pas au loto. Pas envie non plus de m’y mettre. Avant de gagner de l’argent, je vais en perdre…

Le marketing de réseau ? Ouais mais vendre quoi ? Le temps que je prenne mes marques…et puis je ne me voyais pas vendre.

Le marketing internet ! Ah oui ça marchait super bien à ce moment. Mais je n’y connaissais rien. Et puis qu’est-ce que j’allais vendre sur le net ?

Vendre de la drogue. Non, en prison je ne voulais être la femme de personne…Et puis c’est pas bien c’est illégal.

Chercher sur Google…Ils disent tous que je dois travailler sur mon rapport à l’argent d’abord, investir dans l’immobilier, me lancer sur internet et bla bla bla…Ah oui, ils proposent même de faire du covoiturage sur BlablaCar.  Mais il me fallait du cash tout de suite. Beaucoup de cash !

Séduire une octagénaire riche et mourante…non ma femme serait devenue verte.

Bon, un peu de sérieux. Fallait plutôt que je parte de mes compétences, de quelque chose que je savais faire.

Créer mon entreprise. Ok mais dans quoi ?À part la photo, j ‘étais doué en mécanique, métier que j’ai exercé pendant 10 ans. Mais ça ne me plaisait plus. Je voulais passer à autre chose.

Voilà c’est ce que je me disais quand je suis tombé sur cette chose qui allait changer ma vie et ma perception du monde.

À suivre